Le blog libertaire et anarchiste de NicoCerise

Je ne suis personne et personne ne me suit.

19 avril 2009

Gran torino

Je ne suis pas critique de films mais je traîne depuis quelques semaines le besoin de donner mon avis sur Gran Torino de Clint Eastwood.

Il est toujours raisonnable d'écouter les anciens lorsqu'ils nous donnent leur vision du monde. C'est ce que fait Clint sur la société américaine et c'est fascinant à plus d'un titre.

Dans le monde de Kowalski, il n'y a plus de père. La société est une notion féminine (le prêtre fait partie du monde des femmes) et cette société ne permet pas aux garçons de devenir des hommes. Les hommes sont exclus et forment des bandes qui imposent leurs absences de loi à la société.

Dans le monde de Kowalski, il n'y a pas de politesse. L'important c'est de maitriser les codes de la relation sociale. Ainsi il va apprendre au jeune Hmong de s'intégrer dans la société par l'insulte. Il en veut plus à l'irlandais qui singe le black qu'à la bande noire qui s'en prend à la jeune hmong.

Pour Clint, le meelting pot américain est bien malade, mais c'est une réalité américaine qui n'est pas discutable. A aucun moment il n'y a débat sur le droit d'être aux états unis.

Posté par nicocerise à 16:04 - Ni maître - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Il y a beaucoup de vrai dans tes remarques. Remarquons aussi que l'impasse ( et la porte de sortie), c'est que K. n'est reconnu comme homme que... mort ( à la fin du film, tout le monde sort de chez soi et le regarde sur l'asphalte... enfin... mais mort).
    C'est cela finalement l'Impasse US : t'es reconnu que lorsque tu es mort et si tu veux rester vivant, emploie les grosses ficelles : insultes, ruses, etc avec pour constante la démerde individuelle dans un monde sans pitié.
    Pour le reste, BiBi t'invite à aller lire son article sur Gran Torino. Merci pour ta (tes)visites.
    A bibientôt.

    Posté par BiBi, 22 avril 2009 à 22:18
  • @bibi : je te cite donc - Seule l’insulte - don et découverte de Soi - peut secouer les rapports langagiers et sortir la parole de la Norme. Insultes et langage ordurier dont on sait qu’il n’y a pas mieux pour nouer le lien social et affectif et ne pas le perdre.
    Pour se débrouiller socialement, Thao doit donc apprendre les tics de langage. Il doit ruser avec les mots, doit en tenir compte - non pour imiter bêtement son Maître Walt - mais pour inventer sa propre langue.

    J'apprécie de partager ce thème de réflexion avec toi. Restons polis.

    Posté par nicocerise, 22 avril 2009 à 23:57
  • Polis ?

    Polis et polissons...

    Posté par BiBi, 23 avril 2009 à 23:53
  • @Bibi : c'est en polissant que l'on devient policier. Zut, Il y a un bug dans la formule. Amis lecteurs, allez visitez bibi et les autres liens.

    Posté par nicocerise, 25 avril 2009 à 11:25
  • Un monument du cinéma : GRAN TORINO

    Bonjour

    Ce film est vraiment magnifique.

    J'ai crée un blog pour lire ce film ....

    http://le-cinema-autrement.over-blog.com

    Pour l'instant, seul GRAN TORINO est présent dans ce blog.
    Il a aussi plusieurs musique de films (+ de 50).

    Merci.
    André.

    Posté par miartist, 02 mai 2009 à 12:23
  • J'ai manqué un lien évident : K. qui insulte tout le monde (hommes -Salon coiffure et femmes -la vieille hmong) passe son WE à polisser sa voiture et son jardin. Polir les objets et son environnement mais pas les relations humaines, voilà l'exemple.

    Posté par nicocerise, 16 mai 2009 à 13:47

Poster un commentaire