Le blog libertaire et anarchiste de NicoCerise

Je ne suis personne et personne ne me suit.

20 juillet 2009

Je pense donc je ne suis pas

C'est fou ce que l'on ingurgite d'idées reçues. Par exemple cette descarterie "Je pense donc je suis", unique mémorisation de la pensée de Descarte qui fait dire à tout le monde : moi je suis cartésien.

Alors que la vérité est de dire : "Je pense donc je ne suis pas"

La preuve avec Prévert.

LE GUIDE :

Suivez le guide ! 

UN TOURISTE :

Je suis le guide. 

SON CHIEN :

Je suis mon maître. 

UNE JOLIE FEMME :

Je suis le guide. Donc je ne suis pas une femme puisque je suis un homme.

LE TOURISTE :

Je suis cette jolie femme. 

SON CHIEN :

Et moi aussi je suis cette femme, puisque je suis mon maître.

LE GUIDE :

Suivez le guide. Moi, je ne suis pas le guide, puisque je suis le guide.

LE TOURISTE :

Je voudrais bien savoir qui est cette jolie femme que je suis.

SON CHIEN :

Je ne suis pas mon maître, puisque je suis mon maître et que cela m'ennuie.

LA JOLIE FEMME :

Je suis le guide, je suis la foule, je suis un régime, je suis la mode, je ne suis plus une enfant... Oh ! J'en ai assez ! Je ne suis plus personne.

(elle disparaît.)

LE GUIDE :

Oh ! J'en ai assez ! Je démissionne.

(il disparaît.)

LE TOURISTE :

Oh ! Je ne suis plus le guide, je ne suis plus un homme, je ne suis plus une femme, je ne suis plus rien.

(il disparaît.)

LE CHIEN :

Enfin ! Je ne suis plus mon maître, donc je suis mon maître et je ne visiterai pas les châteaux de la Loire !

C'est fini, à bientôt.

Posté par nicocerise à 14:22 - Ni maître - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Intéressant! Je hais les cartésiens: en voilà un lien fort. Je tiens à vous prévenir que je reviendrais souvent.

    Posté par Vilénie cénacle, 24 juillet 2009 à 10:55
  • @Vilénie cénacle : je ne vous ai pas souhaité la bienvenue. Je viendrais également chez vous en espérant un journal plein de fureurs.

    Posté par nicocerise, 31 juillet 2009 à 14:41
  • ?

    Pauvre Descartes, il a intérêt à penser pour exister. Car s'il ne pense plus, il ne peut pas prétendre qu'il existe. Alors existe-t-il ?
    Peut-être qu'il existe par intermittence.

    Plus sérieusement, qui est celui que désigne je - ce petit signe linguistique ? Quel est ce référent de "je" qui était là avant le "je" et sera là après lui ?

    Posté par Jean Louis, 18 juin 2010 à 10:32
  • @Jean Louis : l'inconnaissance, je reviendrais m'instruire. Je c'est simple puisque j'existe et que je ne suis pas un autre. Peut-on douter du Je? Doit-on discuter de l'existence du Je? A quoi cela sert-il? A qui cela sert-il?

    Posté par nicocerise, 19 juin 2010 à 16:31
  • Evidences

    "C'est simple puisque j'existe " Oui, qui existe ? Peu importe.
    "Je ne suis pas un autre" . Il faudrait être sûr de trouver ce qui, de moi ou en moi, n'est pas de l'autre ou en l'autre.

    Posté par Jean Louis, 19 juin 2010 à 17:35
  • @Jean-Louis : veuillez m'excuser si je n'arrive pas à élever mon niveau de pensée. Votre titre me parait refléter ma pensée. Comment contredire une évidence? N'est-il pas évident que j'existe? Peut-être que je dois me demander ce qui est singulier dans mon Je. Pourtant je pense qu'il n'existe aucun autre Je exactement équivalent à moi dans l'univers. Je suis unique. Que je sois un génie, un médiocre ou un nul, je suis unique. PS : je n'en tire aucune conséquence particulière.

    Posté par nicocerise, 19 juin 2010 à 20:06
  • diabolus in mechanica

    je pense donc je ne suis pas !
    rien n' existe en soi !
    la vie est absurde !
    ou plus exactement quoi que se fasse l' homme de l' idée de la vie elle est absurde dans le sens ou les idées de l'homme quel qu'il soit sont absurdes !

    Posté par bruno, 04 juillet 2015 à 18:10

Poster un commentaire