Le blog libertaire et anarchiste de NicoCerise

Je ne suis personne et personne ne me suit.

02 mai 2010

Condamnons les biens pensants

La réacosphères c'est fait une spécialité de dénoncer les biens pensants.

Nous avons vécu à la fin du XXième siècle le politiquement correct et aujourd'hui il est moribond. 

Puis il y a eu Dieudonné qui a attaqué le tabou suprême : le lobby juif. Et les réacs de continuer sur la crise de civilisation et sa cause la migration, l'islam, l'africain. Et les biens pensants. Pensées qui sentent le moisi comme une maison qui ne serait pas assez aérée.

Comme on est dimanche, il faut de la musique pour se détendre, je vous propose le plus grand bien pensant, celui qui nous parlait d'amour, de bonté, de bon dieu.

Toute son oeuvre pourrez être citée, j'ai choisi Sur la place.

 

Sur La Place - Grand Jacques - Jacques Brel

Et je vous propose pour enfoncer le clou les 3 B : Brel, Barbara, Bejart.

 

Nous sommes bien petits. 

Allons en paix mes frères et aimez-vous les uns les autres, comme je vous aime.

Posté par nicocerise à 10:48 - De la poésie - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • "La réacosphère c'est fait une spécialité de dénoncer les biens pensants" Je ne comprends pas, moi, par exemple, je ne suis pas réac et pourtant je dénonce cette bien pensance qui détiendrait toutes les Vérités ! donc ça ne colle pas ton truc
    bon dimanche

    Posté par corto, 02 mai 2010 à 12:44
  • Évidemment, si vous en êtes encore à Brel, et à ce monument de naisierie qu'est "Sur la place"...

    Et puis, on ne "dénonce" pas les bien-pensants : dénoncer est la spécialité de la gauche. Nous, on se contente de rire de vous. simplement en répétant vos professions de foi sans rien y changer.

    Posté par Didier Goux, 02 mai 2010 à 14:19
  • @Corto : je ne suis pas aussi sur que toi. Réac c'est comme la connerie, on est toujours le réac de l'autre.

    Posté par nicocerise, 02 mai 2010 à 14:52
  • @Didier Goux : comme Brel chante mieux que vous (jusqu'à preuve du contraire) et écrit mieux que vous je vais garder Brel. Pour le rire, je vais vous étonner mais j'en suis resté à Jean Yanne, j'avais pas remarqué que vous aviez une chronique à rire & chansons.

    Posté par nicocerise, 02 mai 2010 à 14:56
  • Un manque absolu de bon goux

    Brel a écrit des niaiseries scoutes mais "Sur la place" a une grâce étonnante, rare. Barbara ne s'y est d'ailleurs pas trompée qui a transcendé ce morceau.

    Des Goux et des égouts, on ne discute pas, n'est-ce pas d:p ?

    Posté par Saoulfifre, 02 mai 2010 à 15:35
  • Oui, il paraît que Barbara était très bonne, dès qu'il s'agissait de transcender le morceau.

    Posté par Didier Goux, 02 mai 2010 à 15:54
  • @Saoulfifre : Brel c'est tout sauf une posture. Notre époque est à l'imposture. Les niaiseries (les bondieuseries) de Brel lui il y a cru et quand l'amour est mort il s'est retiré. J'ai écouté bien entendu la version de Barbara qui avait la même honneteté.

    Donc je ne commenterais pas le message suivant qui fait partie de ces impostures.

    Posté par nicocerise, 02 mai 2010 à 17:29
  • PS : on s'en fout cette histoire des réactionnaires de chez nous contre les réactionnaires islamiques c'est une histoire de réactionnaire.

    Posté par nicocerise, 02 mai 2010 à 22:26
  • "Les hommes ferment les carreaux
    Comme une porte entre morts et vivants"

    Superbe chanson.
    Brel, Barbara, l'émotion sans laquelle nous ne serions rien d'autre que des enveloppes vides, des robots décervelés, conformes aux désirs des puissances financières, et économiques, politiques.

    "Sur la place, un chien hurle encore
    Car la fille s'en est allée
    Et comme le chien hurlant la mort
    Pleurent les hommes leur destinée"

    Puissions nous faire en sorte que le monde ne soit pas bientôt une immense place vide.

    Posté par celeste, 03 mai 2010 à 10:47
  • Ouais, la "dénonciation", ça me fait bien rigoler. Didier Goux a tout à fait raison : c'est à la gauche qu'appartient la délation. À droite on rigole, on boit, on chante, on lit, on ironise, on fait de l'esprit, on cite, on aime le beau. À gauche on tend le poing, on dénonce, on hait le beau.

    Posté par fromageplus, 03 mai 2010 à 11:22
  • @Fromage plus : si la vache qui rie, alors je suis d'accord avec vous.

    Posté par nicocerise, 03 mai 2010 à 22:55
  • @Céleste : ma douce Céleste, je ne pense pas que tout cela soit encore la faute des multinationales qui ont plus à gagner d'avoir des consommateurs heureux. Pour ceux qui est de la chanson Brel aurait-il pû écrire "Les hommes pleurent leur destinée"? Est-ce une figure de style classique d'inverser le nom et le verbe?

    Posté par nicocerise, 03 mai 2010 à 22:59
  • Pour ceux qui est de la chanson Brel aurait-il pû écrire "Les hommes pleurent leur destinée"? Est-ce une figure de style classique d'inverser le nom et le verbe?

    Dans les champs fleuris broutent des grosses vaches blanches.

    Bien à plaindre sont ceux qui ne possèdent pas les rudiments de leur langue maternelle.

    On appelle ça l'inversion du sujet, dans le BLED de ce2

    et on écrit "ce qui est".

    Posté par orthotrist, 09 mai 2010 à 11:44
  • @Orthotrist : ma langue est maternelle quand elle suce la chatte de ta mère, ortho est vraiment triste.

    Posté par nicocerise, 09 mai 2010 à 14:31

Poster un commentaire