Le blog libertaire et anarchiste de NicoCerise

Je ne suis personne et personne ne me suit.

13 mars 2013

Le coeur de la ville change plus vite que le coeur des hommes

Ainsi, voilà qui est décidé, la rue du Pot-au-lait et le chemin de la fontaine à Mulard qui enlacent toute une lande engorgée de machefer et de platras, bossuée par des bourrelets et des culs de pots de fleurs, semée, çà et là, de fruits pourris et mangés de mouches, de cendre et de flaques, empuantée par les entrailles mouillées des paillasses et les amoncellements d’ordures qui se tassent longuement dans la bouillie des fanges, vont disparaître, et cette vue mélancolisante de la Butte aux Cailles, ces lointains où le Panthéon et le Val-de-Grâce arrondissent leurs deux boules violettes sur la braise écroulée des nuages va faire place aux joies bêtes, aux banals galas attristants des maisons neuves !

Joris Karl Huysmans

L’Artiste, 27 avril 1878

LA BIÈVRE.

A Henry Céard.

Posté par nicocerise à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire