Le blog libertaire et anarchiste de NicoCerise

Je ne suis personne et personne ne me suit.

11 mars 2009

Le pape en chaleur

Le pape, un jour, car le pape est un homme,
Bandait d'une façon à tout foutre dans Rome.
Que faire en pareil cas ? Se branler ? Ma foi non
C'est mesquin pour un pape, et bon pour un couillon.
Le divin successeur de l'illustre Saint Pierre
Se souvint à l'instant qu'une divine altière
Demeure à trois cents pas. Il y vole d'un trait.
" - Que veut sa papauté, dit la belle en extase,
Rouge de volupté, se dressant sur sa base
Vient elle simplement pour vider ses couillons
Ou pour me prodiguer ses bénédictions "
" - Je viens, dit le pape à la belle coquette,
Lui tapotant le cul et ouvrant sa braguette
Je viens guérir mon vit, car il souffre beaucoup
Tiens, tiens, voilà cent sous, je viens tirer un coup "
La belle, à ses propos, enlève sa culotte,
Et fait voir au prélat une superbe motte
Qui d'un galbe parfait, rouge comme le vermeil,
S'entrouvrit aussitôt comme une huître au soleil.
Le pape en voyant cela, saute sur le morceau, qu'il traverse d'outre en outre
Maculant sa chemise d'un joli trait de foutre
La baise en un instant, la retourne, l'encule,
Ne se sentant arrêté que par ses testicules
Et dans sa vive ardeur, lui brise la cloison,
Qui sépare en ces lieux, et le cul et le con.
Il pénètre si loin dans cet endroit merdeux,
Que la gonzesse en pleure et lâche un pet foireux.
" - Tu me flasques dessus dit le pape en démence
Et bien pour te punir et comme pénitence
De me sucer le noeud je t'invite à l'instant
Car il n'est pas permis de chier en baisant. "
" - Mais mon seigneur, il est tout plein de merde. "
" - Qu'importe, il faut sucer, et que rien ne se perde
C'est là mon dernier mot, c'est mon ultimatum "
Et le pape ajouta Dominum Vobiscum.

Alfred de Musset

jpg__19

Un webeur ayant fait cette recherche est bien déçu car ce poème n'existait pas ici. Maintenant c'est chose faite (Voir el andreas).

Le pape est un homme, la tentation une femme : Paul et Chantal Biya ne sont a priori pas d'accord sur la taille idéale.

1_pope_benedict_xvi_speaks_to_cameroon_s_president_paul_biya_as_biya_s_wife_chantal_applauds_at_the_international_airport_in_yaounde_23

papebenoit

Posté par nicocerise à 22:20 - De l'humour et du sexe - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Je ne savais pas que paf raide de musset écrivait des trucs comme ça q:^)

    Posté par Saoulfifre, 11 mars 2009 à 23:05
  • @ : après vérification googlesque je ne trouve pas d'autres liens que celui que j'ai cité. Est-ce un fake? Vivement la censure d'Albanel.

    Posté par nicocerise, 12 mars 2009 à 13:42
  • ce blog n'est pas que libertaire. il devient de plus en plus libertin

    Posté par olympe, 14 mars 2009 à 10:29
  • @Olympe : c'est un mâle pour un bien. Comment va le votre? Le féminisme n'est au mieux il semble ?

    Posté par nicocerise, 15 mars 2009 à 00:29
  • au contraire ilest en train de renaitre de ses cendres.

    Posté par olympe, 19 mars 2009 à 08:30
  • @Olympe : vive le printemps alors. Femmes vous seules pouvez supprimer le pouvoir.

    Posté par nicocerise, 20 mars 2009 à 14:01
  • j'ai la suite !!

    d'après un ami, ayant appris cette "fable" à l'école de théâtre, elle existe depuis bien plus longtemps que ça...

    lasuite ressemble à peu près à ceci
    (tenons compte qu'il faut enlever les 2 dernières lignes):
    La belle mit à ses lèvres le tuyau
    du St père, qui beuglait comme un veau,
    remuant son cul comme un battant d'horloge
    comme un lion dans sa cage, comme un fou dans sa loge..
    A la fin, sa verge devint plus fine qu'un asperge !
    >
    >

    Moralité:
    C'est ainsi que le pape, emporté par le vice,
    pour ne point mutiler l'objet par où l'on pisse, dilapida au claps d'une putain,
    tout l'argent des pauvres et des samaritains...

    Posté par yronsx, 27 août 2010 à 12:57
  • @yronsx: votre source reste bien anonyme comme une chanson de carabin

    Posté par nicocerise, 01 septembre 2010 à 11:57
  • j'ai connaissance d'une chute pour ce delicat poeme

    A mon tour, dit la gonzesse,
    Vous m'avez fait sucer en vain jusqu'ici
    Votre queue toute sale et votre bout noirci
    Si vous voulez concerver votre pine,
    Comptez moi le pognon ou je la guillotine
    Pitié pour mon engin crie le pape au supplice
    Tiens voilà 100 louis,
    Et que Dieu te bénisse

    Posté par le consul, 17 février 2011 à 15:56
  • Nn c ca la suite

    Un seul coup de poignet aurais pu l'achevé dans un abset d'amour ete pret a crevé! Il gicla 3 fois mais du s'arreter la car Bientot sa verge ne devin plus grosse qu'une asperge! ... ( suite et fin plus tard et oui suspense!!!)

    Posté par Elmago, 04 juillet 2012 à 09:27
  • @Elmago : certainement qu'il l'aspergera. Revenez vite que je suce la suite.

    Posté par nicocerise, 04 juillet 2012 à 23:26
  • Voici la fin (après Dominum Vobiscum)
    Le belle adapte ses lèvres au pommeau du saint père
    qui beuglait comme un veau. Et tortillait du cul comme un battant d'horloge. Comme un tigre en furie,comme un fou dans sa loge, il rentra couilles et vit dans le fond du gosier de la pauvre putain qui ne pouvait gueuler. Il déchargea 7 fois, le pape était vanné. La catin l'oeil en feu veut se venger du ministre de dieu : Vous m'avez fait souffrir des cruautés bien noires, patience j'aurai mon tour dit elle en serrant les machoires. Tu es entre mes mains illustre cabotin, et tu vas de ce pas me sucer le vagin. Et si tu tiens encore à conserver ta pine, aboule mille balles ou j'te la guillotine. Grâce, pitié pour mon engin dit le pape au supplice, voici tes mille balles et je te bouffe la matrice.

    Posté par vincent, 10 septembre 2012 à 22:21
  • Overdose de Pape ?! Regardez ce clip d'un jeune artiste : "Les arracheurs de dents" :
    http://youtu.be/wEhrO-Ld-X4

    Posté par benoits-ex, 02 mars 2013 à 12:31
  • Le Pape presque complet

    Bonjour,
    C'est une des rares choses que j'ai retenu de quelques longues études.
    Mais il me manque 2 ou 3 vers (rimes manquantes). Je tenais ça d'un littéraire compétent. Je n'ai jamais pensé que Musset aie cherché à faire de l'alexandrin pur, mais c'est assez bien rythmé. Peut-être quelques vers, initialement alexandrins ont été déformé par la transmission orale (ou bucale ...)

    Le pape, un jour, car le pape est un homme,
    Bandait d'une façon à tout foutre dans Rome.
    Que faire en pareil cas ? Se branler ? Ma foi non
    C'est mesquin pour un pape, et bon pour un maçon.
    Le divin successeur de l'illustre Saint Pierre
    Se souvint à l'instant qu'une divine altière
    Habitait à cents pas. Il y vole d'un trait.
    (…. ? … )
    " - Que veut sa papauté, dit la belle en extase,
    Rouge de volupté, se dressant sur sa base
    Vient-elle prodiguer ses bénédictions
    Ou tout simplement pour vider ses couillons
    " - Je viens, dit le pape à la belle coquette,
    Lui tapotant le cul en ouvrant sa braguette
    Je viens guérir mon vit, car il souffre beaucoup
    Tiens, voilà cent sous, je viens tirer un coup "
    La belle, à ses propos, enlève sa culotte,
    Et fait voir au prélat une superbe motte
    D'un galbe parfait, d'un éclat sans pareil,
    Qui s'entrouvre aussitôt comme une huître au soleil.
    Le pape saute sur le morceau, qu'il perce d'outre en outre
    Maculant sa chemise d'un joli trait de foutre
    La baise en un instant, la retourne et l'encule,
    Ne se sent arrêté que par ses testicules
    Et dans sa vive ardeur, lui brise la cloison,
    Qui sépare en ces lieux, et le cul et le con.
    Il pousse si profond dans cet endroit merdeux,
    Que la gonzesse en pleurs lâche un pet tout foireux.
    " - Tu me flasques dessus dit le pape en démence
    Et bien pour te punir et pour ta pénitence
    De me sucer la queue je t'ordonne à l'instant
    Car il n'est pas permis de chier en baisant. "
    " - Mais mon seigneur, elle est toute pleine de merde! "
    " - Qu'importe, il faut sucer, et que rien ne se perde
    ( ……………………..)
    La belle adapte alors ses lèvres au tuyau du St père,
    Qui tortillait du cul comme un battant d'horloge.
    Comme un tigre en émoi, comme un fou dans sa loge..
    il rentre couilles et vit dans le fond du gosier
    de la pauvre putain qui ne pouvait gueuler.
    Un seul coup de poignet aurait pu l'achever
    Dans un accès d'amour être prêt a crever!
    Et elle le suça tant et si bien que sa verge
    Devint plus mince qu'une asperge !

    A mon tour dit la belle au supplice
    (…. ???? )
    Vous m'en avez fait voir des cruautés bien noires
    J'aurai mon tour dit elle en serrant les mâchoires.
    Vous m'avez fait sucer en vain jusqu'ici
    Votre queue toute sale et votre bout noirci
    Aussi, si vous voulez conserver votre pine,
    Comptez-moi du pognon ou je la guillotine
    Pitié pour mon engin crie le pape au supplice
    Tiens voilà 10 louis, Et que Dieu te bénisse

    C'est ainsi que le pape, emporté par le vice,
    Pour ne point mutiler l'objet par où l'on pisse,
    Dilapida au claps d'une putain,
    Tout l'argent des pauvres et des samaritains...

    Alfred de Musset

    Posté par A_Robase, 15 juillet 2015 à 11:16
  • le pape

    te souviens-tu ?

    Posté par joucla, 15 octobre 2016 à 18:10

Poster un commentaire